Équipements de protection individuelle : quelle vérification annuelle ?

Illustration d'une personne avec ses équipements de protection individuelle contre les chutes de hauteur (harnais, ligne de vie...)
14 septembre 2020 - Conseils
Afin de prévenir les chutes de hauteur lorsque l’intervention n’est pas sécurisée par un système de protection collective temporaire ou définitif, l’utilisation d’équipements de protection individuelle (EPI) est parfois nécessaire. Dans ce cas, ils doivent être contrôlés au moins annuellement par une personne habilitée vérifiant leur bon état. 

Équipement de protection individuelle : de quoi s’agit-il ?

Les équipements de protection individuelle (EPI) préviennent les risques particuliers ou ponctuels et mettent les personnes en sécurité.
Le code du travail définit les EPI comme suit : « Un équipement de protection individuelle (EPI) est un dispositif ou un moyen destiné à être porté ou être tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa santé ainsi que sa sécurité. »

Ainsi, les EPI peuvent être de plusieurs natures en fonction du risque encouru : choc, électrocution, risque chimique, chute de hauteur. Ils sont imposés par le code du travail, pour les travailleurs intervenant en situation de risque, lorsque la mise en place d’équipements de protection collective n’est pas possible. En effet, la règlementation impose de toujours privilégier l’utilisation de systèmes de protection collective lorsque cela est possible.

Les Équipements de Protection Individuelle contre les chutes de hauteur

Concernant les chutes de hauteur, si la mise en place de systèmes de sécurité définitifs n’est pas prévue par le maître d’œuvre, et que l’installation d’un dispositif temporaire n’est pas possible techniquement, l’équipement de protection individuelle prend le relai pour prévenir les risques de chute des travailleurs.

Pour mettre les personnes en sécurité, les équipements de protection individuelle contre les chutes de hauteur sont de plusieurs ordres.
Harnais, longes, cordes, enrouleurs ou encore mousquetons sont autant de matériels qui permettent aux couvreurs, étancheurs ou autres corps de métiers intervenant sur la toiture d’un bâtiment par exemple, de s’attacher pour prévenir le risque de chute.

Contrôle annuel des EPI : qui s’en occupe ?

Les différents éléments qui composent l’EPI doivent être contrôlés annuellement afin de s’assurer de leur bon état. Si un équipement est jugé trop ancien ou ne respecte plus les normes en vigueur, il est alors réformé et doit être remplacé.

Le contrôle des EPI doit être réalisé par une personne qualifiée. Les vérifications sont le plus souvent réalisées par un cabinet spécialisé externe, mais peuvent également être menées par une personne formée en interne ou le chef d’entreprise lui-même.

Dans ce cas, il existe des stages de formation qui permettent d’acquérir les compétences nécessaires, avec un stage de remise à niveau tous les 4 ou 5 ans environ pour notamment se mettre à jour des nouvelles règlementations.

Vérification annuelle des Équipements de Protection Individuelle contre les chutes de hauteur

En fonction du matériel contrôlé, la vérification annuelle est adaptée : vérification visuelle, vérification de fonctionnement ou encore conformité vis-à-vis de la règlementation en vigueur, …

  • Vérification des équipements textiles
    La règlementation définit que les équipements textiles ont une durée de vie maximale de 10 ans. Si cette durée de vie est dépassée, la réforme du matériel est systématique, il doit alors être remplacé.
    Au-delà de cette règle, les équipements textiles (cordes, harnais, longes, sangles d’ancrage, etc.) sont contrôlés visuellement afin de s’assurer qu’ils ne présentent pas d’accrocs, de coupure, d’usure au niveau des coutures principales ou encore d’une multitude de défauts qui pourraient amener à réformer un matériel trop usagé.
    On vérifie également la bouclerie afin de vérifier qu’elle n’est pas attaquée par la rouille par exemple.
     
  • Vérification des équipements métalliques
    Lors du contrôle annuel, la personne habilitée s’assure du bon fonctionnement mécanique des équipements métalliques comme les mousquetons, afin qu’ils s’ouvrent et se ferment correctement. Ils ne doivent pas non plus être déformés ou voilés.
     
  • Vérification des systèmes de rappel automatique
    Les enrouleurs à sangles entrent dans la catégorie des équipements textiles et sont donc réformés au bout de 10 ans, ou s’ils présentent des signes d’usure comme présenté plus haut.
    Pour les enrouleurs à câble, on vérifie qu’ils sont en bon état de fonctionnement en déroulant le câble et tirant d’un coup sec afin de s’assurer qu’ils se bloquent correctement. Une seconde vérification est par ailleurs imposée par les fabricants qui rappellent les produits régulièrement afin de faire une vérification plus poussée en atelier : démontage, vérification des pièces en mouvement et remplacement le cas échéant, etc.

 

Lors du contrôle annuel, la personne qui le réalise rempli une fiche de vérification indiquant la date du contrôle, la date de fabrication et de mise en service des différents équipements. Y sont également précisées les observations éventuelles indiquant si le matériel est apte ou non, s’il doit être réformé et pourquoi.
La fiche de vérification permet de garder une trace du contrôle annuel des EPI.